Imhotep imageL'auberge accueillait au mois de mai deux stages pour les élèves de l'école d'acupuncture traditionnelle "Imhotep". Ces stages basés sur la pratique en condition de cabinet nécessitent des patients volontaires recrutés par voie de presse, par les réseaux sociaux, parmi nos connaissances et parmi le personnel de l'auberge.
C'est ainsi que j'ai découvert cette pratique de soin dont je ne connaissais rien.


Après un questionnaire assez complet sur ma vie, mon passé médical, familial, mon mode de vie (alimentation, habitat, travail), c'est Solène qui prend en charge un examen plus physique.

Je vis une expérience nouvelle en circulant sur mon lieu de travail en sous-vêtements! Je m'allonge sur une table d'examen et là, j'avoue que je perds le fil du diagnostic, le vocabulaire m'est de plus en plus étranger : elle prends mes pouls en de nombreux endroits, il est fort ou faible, rugueux, en "tige de ciboule",... On me palpe le ventre, et bonus final, je tire la langue aux 6 têtes penchées sur mon cas pour ce qui est visiblement une étape cruciale du diagnostic.


Sous le questionnement du professeur, et avec l'appui des 5 autres élèves, Solène doit maintenant déterminer ce qu'il convient de faire pour moi : remettre du Yin dans mon yang? travailler sur mon métal? sur mon vide d'eau, ou de terre? J'entends parler de merveilleux vaisseaux, de méridiens, de "6" de rate, de "10" d'estomac. A chaque réponse, plusieurs possibilités d'intervention : les étudiants échangent des points de vue, consultent leur manuel, le prof guide et conseille.

J'imaginais un bouquet d'aiguilles plantées en une zone unique, mais je me retrouve avec de longues aiguilles isolées aux chevilles, genoux, clavicules, bras et bout du doigt. Ca ne fait pas mal. Dans les odeurs de l'armoise brûlées (bâtonnets qui peuvent aussi être utilisés en acupuncture), on me garde au chaud sous des tissus pendant une dizaine de minute. Pendant ce temps, une discussion s'engage sur le diamètre d'aiguille le plus efficace : est-ce le 26 ou le 30? Puis les élèves s'entraînent à reprendre mes pouls avant de reprendre (et jeter) les aiguilles et me libérer.


Après 1h30 de consultation, je me relève légèrement étourdie et affamée. Frustrée aussi, moi qui était venue pour découvrir, c'est finalement un monde de connaissances qui s'est à peine dévoilé devant moi, et dont je n'ai pas la première des clés de compréhension.

Témoignage de Cécile suite à sa séance d'acupuncture du 29 mai 2015